Sélectionner une page

L’aluminium dans les vaccins : ce que les parents doivent savoir


  1. QU’EST-CE QUE L’ALUMINIUM ?

L’aluminium est un métal léger blanc argenté, moulable et durable. Ces qualités le rendent utile dans de nombreuses industries et produits, y compris les machines, la construction, le stockage, les ustensiles de cuisine, les ustensiles de cuisine, les textiles, les teintures et les cosmétiques. L’aluminium est également le métal le plus abondant dans la croûte terrestre, et pratiquement tout l’aluminium dans l’environnement se trouve dans le sol. Cependant, l’aluminium ne se trouve pas naturellement en quantités importantes dans les organismes vivants (comme les plantes et les animaux), et l’aluminium n’a aucune fonction biologique connue. Au cours du siècle dernier, l’utilisation de l’aluminium dans certains produits a entraîné une exposition humaine plus élevée. Les principales sources d’une telle exposition sont les aliments contenant de l’aluminium (par exemple, la levure chimique, les aliments transformés, les préparations pour nourrissons, etc.), les produits médicaux (par exemple, les antisudorifiques, les antiacides, etc.), les injections contre les allergies et les vaccins. 1-3

2. POURQUOI L’ALUMINIUM DANS LES VACCINS ?

Certains vaccins utilisent des composés d’aluminium (c.-à-d. hydroxyde d’aluminium et phosphate d’aluminium) comme adjuvants, des ingrédients qui renforcent la réponse immunitaire à un antigène (substance étrangère). 4,5 La Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis déclare que si certains vaccins ne contiennent pas d’aluminium, la réponse immunitaire qu’ils déclenchent peut être diminuée. 6

3. QUELS VACCINS CONTIENNENT DE L’ALUMINIUM ?

Les vaccins suivants contiennent de l’aluminium et sont administrés aux nourrissons, aux enfants et aux adolescents (Fig. 1) :

  • Hépatite B (HepB)
  • Diphtérie, tétanos et coqueluche (coqueluche) (DTaP et Tdap)
  • Haemophilus influenzae de type b (PedvaxHIB)
  • Pneumocoque (PCV)
  • Hépatite A (HepA)
  • Virus du papillome humain (VPH)
  • Méningocoque B (MenB)

4. L’EXPOSITION À L’ALUMINIUM EST-ELLE SÉCURITAIRE ?

La FDA considère que l’aluminium est généralement reconnu comme sûr (GRAS) depuis 1975. 9 Cependant, avant 1990, la technologie n’existait pas pour détecter avec précision de petites quantités d’aluminium administrées aux sujets dans les études scientifiques. 10 Par conséquent, la quantité d’aluminium qui pouvait être absorbée avant l’apparition des effets négatifs n’était pas connue.

Depuis 1990, en raison des progrès technologiques, on a observé que de petites quantités d’aluminium qui restent dans le corps humain interfèrent avec une variété de processus cellulaires et métaboliques dans le système nerveux et dans les tissus d’autres parties du corps. 1,10,11 Les effets négatifs les plus importants de l’aluminium ont été observés dans le système nerveux et vont de la déficience motrice à l’encéphalopathie (état mental altéré, changements de personnalité, difficulté à penser, perte de mémoire, convulsions, coma, etc.). 2,12

Le département américain de la Santé et des Services sociaux (HHS) reconnaît l’aluminium comme une neurotoxine connue. 2 De plus, la FDA a mis en garde contre les risques de toxicité de l’aluminium chez les nourrissons et les enfants. 13

5. COMBIEN D’ALUMINIUM ORALE EST DANGEREUX ?

En 2008, l’Agence pour le registre des substances toxiques et des maladies (ATSDR), une division du HHS, a utilisé des études sur les effets neurotoxiques de l’aluminium pour déterminer qu’il ne fallait pas prendre plus de 1 milligramme (1 000 microgrammes) d’aluminium par kilogramme de poids corporel. par voie orale par jour pour éviter les effets négatifs de l’aluminium. 2

6. QUELLE QUANTITÉ D’ALUMINIUM INJECTÉE EST DANGEREUSE ?

Pour déterminer la quantité d’aluminium qui peut être injectée en toute sécurité, il faut convertir la limite d’aluminium orale ATSDR. La limite d’aluminium oral de l’ATSDR (1 000 microgrammes d’aluminium par kilogramme de poids corporel par jour) est basée sur 0,1 % d’aluminium oral absorbé dans la circulation sanguine, car le tube digestif bloque presque tout l’aluminium oral (Fig. 2a). 2 En revanche, l’aluminium injecté par voie intramusculaire contourne le tube digestif et 100 % de l’aluminium peut être absorbé dans la circulation sanguine au fil du temps (c’est-à-dire que la proportion d’aluminium absorbé est 1 000 fois plus élevée). Pour tenir compte de ces différentes quantités d’absorption, la limite d’aluminium orale ATSDR doit être divisée par 1 000. Cette conversion entraîne une limite d’aluminium dans le sang dérivée de l’ATSDR de 1 microgramme d’aluminium (0,1 %de 1 000 microgrammes) par kilogramme de poids corporel par jour (Fig. 2b). Par conséquent, pour éviter les effets neurotoxiques de l’aluminium, pas plus de 1 microgramme d’aluminium par kilogramme de poids corporel doit entrer dans la circulation sanguine quotidiennement. La figure 3 montre la limite d’aluminium dans le sang dérivée de l’ATSDR pour les nourrissons de divers âges en fonction de leur poids.

7. COMBIEN D’ALUMINIUM SE TROUVE DANS LES VACCINS ?

La quantité d’aluminium dans les vaccins varie. 16 En 1968, le gouvernement fédéral a fixé la limite de la quantité d’aluminium dans les vaccins à 850 microgrammes par dose en fonction de la quantité d’aluminium nécessaire pour rendre certains vaccins efficaces. 6,17 Par conséquent, la quantité d’aluminium dans les vaccins pour enfants contenant de l’aluminium varie de 125 à 850 microgrammes par dose. La figure 4 montre la teneur en aluminium d’une dose de divers vaccins administrés aux enfants.

8. DES ÉTUDES ONT-ELLES COMPARÉ LA QUANTITÉ D’ALUMINIUM DANS LES VACCINS À LA LIMITE DÉRIVÉE DE L’ATSDR ?

Une étude récente qui visait à comparer la quantité d’aluminium dans les vaccins à la limite sanguine dérivée de l’ATSDR a été publiée en 2011. 18 Cependant, cette étude a basé ses calculs à tort sur 0,78 % d’aluminium oral étant absorbé dans la circulation sanguine plutôt que sur la valeur de 0,1% utilisé par l’ATSDR dans ses calculs. 19,20 En conséquence, l’étude de 2011 a supposé que près de 8 fois plus d’aluminium (0,78 %/0,1 %) peut entrer en toute sécurité dans la circulation sanguine, ce qui a conduit à une conclusion erronée.

9. L’EXPOSITION À L’ALUMINIUM PROVENANT DE VACCINS EST-ELLE SÉCURITAIRE ?

Les vaccins sont injectés par voie intramusculaire, et la vitesse à laquelle l’aluminium des vaccins migre du muscle humain vers la circulation sanguine n’est pas connue. Des études chez l’animal suggèrent qu’il peut s’écouler de quelques mois à plus d’un an pour que l’aluminium provenant des vaccins pénètre dans la circulation sanguine, en raison de plusieurs variables. 21-23  Étant donné que l’exposition cumulée à l’aluminium des vaccins chez les enfants de moins d’un an dépasse de plusieurs centaines la limite quotidienne dérivée de l’ATSDR (Figs. 3 et 4), la limite serait toujours dépassée si l’aluminium des vaccins pénétrait dans la circulation sanguine au cours de la cours d’environ un an. De plus, des études ont montré que l’aluminium provenant des vaccins est absorbé par les cellules immunitaires qui se déplacent vers des parties éloignées du corps, y compris le cerveau. 24

L’étendue des effets négatifs de l’aluminium dans les vaccins n’est pas connue, car aucune étude de sécurité comparant une population vaccinée avec des vaccins contenant de l’aluminium à une population non vaccinée avec de tels vaccins n’a été menée. 

Les références

  1. Académie américaine de pédiatrie, Comité sur la nutrition. Toxicité de l’aluminium chez les nourrissons et les enfants. Pédiatrie. mars 1996;97(3):413.

  2. Agence pour le registre des substances toxiques et des maladies (ATSDR). Profil toxicologique de l’aluminium. Washington, DC : Département américain de la Santé et des Services sociaux ; 2008.3, 13-24, 145, 171-7, 208.

  3. Yokel RA. L’aluminium dans les aliments – la nature et la contribution des additifs alimentaires. Dans : El-Samragy Y, éditeur. Additif alimentaire. Rijeka (Croatie) : InTech ; 2012. 203-28.

  4. Marrack P, McKee AS, Munks MW. Vers une compréhension de l’action adjuvante de l’aluminium. Nat Rev Immunol. 2009 avril; 9(4):287.

  5. Volk VK, Bunney NOUS. Vaccination contre la diphtérie avec de l’anatoxine fluide et de l’anatoxine précipitée à l’alun. Am J Santé publique Santé des Nations. juillet 1942;32(7):690-9.

  6. Baylor NW, Egan W, Richman P. Sels d’aluminium dans les vaccins – perspective américaine. Vaccin. 31 mai 2002;20 Suppl 3:S18-22.

  7. Food and Drug Administration des États-Unis. Silver Spring (MD) : Food and Drug Administration des États-Unis. Vaccins autorisés pour une utilisation aux États-Unis ; [mis à jour le 14 février 2018 ; cité le 27 février 2018]. https://www.fda.gov/BiologicsBloodVaccines/Vaccines/ApprovedProducts/Ucm093833.htm .

  8. Centres pour le Contrôle et la Prévention des catastrophes. Washington, DC : Département américain de la Santé et des Services sociaux. Calendrier de vaccination recommandé pour les enfants et les adolescents âgés de 18 ans ou moins, États-Unis, 2018. https://www.cdc.gov/vaccines/schedules/downloads/child/0-18yrs-child-combined-schedule.pdf .

  9. Food and Drug Administration des États-Unis. Silver Spring (MD) : Food and Drug Administration des États-Unis. SCOGS (Comité restreint sur les substances GRAS) ; [cité le 16 août 2018]. https://www.accessdata.fda.gov/scripts/fdcc/?set=SCOGS .

  10. Prêtre ND. Le comportement biologique et la biodisponibilité de l’aluminium chez l’homme, avec une référence particulière aux études utilisant l’aluminium-26 comme traceur : revue et mise à jour de l’étude. J Environ Monit. 2004;6:376,392.

  11. Poole RL, Pieroni KP, Gaskari S, Dixon TK, Park KT, Kerner JA. Aluminium dans les produits de nutrition parentérale pédiatrique : contenu mesuré versus contenu étiqueté. J Pediatr Pharmacol Ther. 2011;16(2):92-7.

  12. Sedman A. Toxicité de l’aluminium dans l’enfance. Pédiatre Néphrol. 1992 juillet;6(4):383-93.

  13. US Food and Drug Administration, ministère de la Santé et des Services sociaux. Règles et règlements. Registre de la Fed. Juin 2003 ; 68 (100 : 34286).

  14. Centres pour le Contrôle et la Prévention des catastrophes. Washington, DC : Département américain de la Santé et des Services sociaux. Centre national des statistiques de la santé : Tableau de données pour les graphiques longueur-pour-âge et poids-pour-âge des garçons ; [cité le 2 avril 2019]. https://www.cdc.gov/growthcharts/who/boys_length_weight.htm .

  15. Centres pour le Contrôle et la Prévention des catastrophes. Washington, DC : Département américain de la Santé et des Services sociaux. Centre national des statistiques de la santé : Tableau de données pour les courbes de taille pour l’âge et le poids pour l’âge des filles ; [cité le 2 avril 2019]. https://www.cdc.gov/growthcharts/who/girls_length_weight.htm .

  16. US Food and Drug Administration, ministère de la Santé et des Services sociaux. Révision des exigences pour les matériaux constitutifs. Règle finale. Registre de la Fed. 13 avril 2011;76(71):20513-8.

  17. Office of the Federal Register, National Archives and Records Service, General Services Administration. Règles et règlements. Registre de la Fed. 1968 janvier; 33(6) :369.

  18. Mitkus RJ, King DB, Hess MA, Forshee RA, Walderhaug MO. Mise à jour de la pharmacocinétique de l’aluminium après l’exposition des nourrissons par le régime alimentaire et la vaccination. Vaccin. 28 novembre 2011; 29(51):9538-43.

  19. Miller S, médecins pour le consentement éclairé. Erratum dans « Mise à jour de la pharmacocinétique de l’aluminium après l’exposition des nourrissons par le régime alimentaire et la vaccination ». Dans : ResearchGate. Berlin (Allemagne) : ResearchGate GmbH ; 6 mars 2020 [cité le 6 mars 2020]. https://www.researchgate.net/publication/51718934_Updated_Aluminum_pharmacokinetics_following_infant_exposures_through_diet_and_vaccines/comments .

  20. Médecins pour le consentement éclairé. Newport Beach (CA) : médecins pour un consentement éclairé. Erratum dans « Mise à jour de la pharmacocinétique de l’aluminium après l’exposition des nourrissons par le régime alimentaire et la vaccination » ; [cité le 6 mars 2020]. https://physiciansforinformedconsent.org/mitkus-2011-erratum/ .

  21. Flarend RE, Hem SL, White JL, Elmore D, Suckow MA, Rudy AC, Dandashli EA. Absorption in vivo d’adjuvants de vaccin contenant de l’aluminium à l’aide de 26Al. Vaccin 1997 août-sept;15(12-13):1314-8.
  22. Verdier F, Burnett R, Michelet-Habchi C, Moretto P, Fievet-Groyne F, Sauzeat E. Analyse de l’aluminium et évaluation de la réaction locale à plusieurs moments après l’administration intramusculaire de vaccins contenant de l’aluminium chez le singe Cynomolgus. Vaccin. 3 février 2005 ; 23 (11) : 1359-67.

  23. Weisser K, Göen T, Oduro JD, Wangorsch G, Hanschmann KO, Keller-Stanislawski B. Aluminium dans le plasma et les tissus après injection intramusculaire de vaccins humains avec adjuvant chez le rat. Arch Toxicol. Octobre 2019 ; 93(10) : 2787-96.

  24. Masson JD, Crépeaux G, Authier FJ, Exley C, Gherardi RK. Analyse critique d’études de référence sur la toxicocinétique des adjuvants à base d’aluminium. J Inorg Biochem. Avril 2018 ; 181 : 87-95.

Ces déclarations sont destinées à des fins d’information uniquement et ne doivent pas être interprétées comme un avis médical personnel.

© 2020 Physicians for Informed Consent, une organisation éducative indépendante à but non lucratif 501(c)(3). Tous les droits sont réservés.

Share This

Share this post with your friends!